PhD. ès Lettres Sorbonne Nouvelle Paris 3

Éric Méchoulan est professeur titulaire au Département des littératures de langue française à l’Université de Montréal.  Ses recherches portent entre autres objets sur les moralistes, sur l’histoire matérielle des idées et sur le temps qui passe et il travaille, dans un aller-retour entre philosophie et histoire, à mieux comprendre l’institution de l’esthétique et, en particulier, de ce que nous nommons « littérature ».

Professeur au Département des littératures de langue française depuis 1995, Éric Méchoulan a aussi été directeur de programme au Collège international de philosophie (2004-2010) et professeur invité dans de nombreuses institutions (Harvard, Paris 8, Paris 3, ENS Paris, ENS Lyon, ENS Haïti, Bloomington, Oran). Ses recherches actuelles portent sur les sentiments politiques à l’âge classique, sur l’histoire intermédiale des idées, sur les archives et la mémoire, ainsi que sur le temps qui passe. Il travaille aussi, dans un aller-retour entre philosophie et histoire, à mieux comprendre l’institution de l’esthétique et, en particulier, de ce que nous nommons «littérature».

Il a fondé et dirigé jusqu’en 2006 la revue Intermédialités. Il est co-éditeur depuis 1996 de la revue américaine Sub-Stance. Il est responsable scientifique du Fonds Paul-Zumthor, directeur du Centre de Recherches Intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques (CRIalt) de 2009 à 2013, et, depuis 2012, du Centre de recherche interdisciplinaire sur les technologies émergentes (CITÉ).

Le livre avalé : De la littérature entre mémoire et culture (XVIe-XVIIIe siècle), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2004. Finaliste du prix du gouverneur général 2005 ; mention spéciale du jury du prix France-Québec 2006 ; Prix Raymond-Klibanski 2006 pour le meilleur essai en sciences humaines du Canada.

Le crépuscule des intellectuels : de la tyrannie de la clarté au délire d’interprétation, Québec, Nota bene, coll. “ Nouveaux essais Spirale ”, 2005.

La culture de la mémoire, ou Comment se débarrasser du passé ?, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2008. Finaliste du prix de l’Académie des lettres du Québec.

D’où nous viennent nos idées ? Métaphysique et intermédialité, coll. « Le soi et l’autre », Montréal, VLB Éditeur, 2010.

La crise (du discours) économique : travail immatériel et émancipation, Québec, Éditions Nota Bene, 2011.

« La pensivité du médium », Politiques de l’image. Questions pour Jacques Rancière, éd. A. Jdey, Bruxelles, Éditions La Lettre volée, 2013.

« Histoire des sentiments et histoire du littéraire : le médium de l’ami lecteur à la Renaissance », Littérature et histoire en débats, éd. C. Coquio, L. Campos, Fabula, 2013.

« La culture esthétique », Transmédiations. Traversées culturelles de la modernité tardive, éd. J.-F. Vallée, J. Klucinskas, G. Dupuis, Montréal, PUM, 2012.

« Archiver : geste du temps, esprit d’escalier et conversion numérique », Intermédialités, n° 18, printemps 2012, p. 153-173.

« Archiving in the Age of Digital Conversion », SubStance, n° 125, automne 2011, p. 92-104.

« Intermédialité : ressemblances de famille », Intermédialités, n° 16, automne 2010, p. 233-259.

« Mémoire et culture : deux paradigmes obsolètes », Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, éd. C. Hähnel-Mesnard, M. Liénard-Yatarian, C. Marinas, Paris, Éditions de l’École Polytechnique, 2008, p. 53-64.

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013