Être citoyenne pendant la Révolution française

 

Le mercredi 26 septembre 2018, 14h00-16h00

Une conférence de Dominique Godineau

Cette conférence reviendra sur les différents problèmes soulevés par l’existence et l’usage du mot citoyenne pendant la Révolution, alors que les femmes ne jouissaient pas des droits politiques du citoyen. Que signifie alors « être citoyenne » sans posséder la citoyenneté? Comment des femmes ont-elles pu faire acte de citoyennes et se forger ainsi une identité politique? Quelles actions, quelle relation (familiale? sociale?) définissent la citoyenne? Comment les citoyennes peuvent-elles être membres du corps social (sujets) sans être membres du corps politique (citoyens)? Comment, sous peine d’incohérence et de « tyrannie », les compter dans la Nation souveraine et leur refuser la souveraineté?  Comment concilier l’universalité de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et l’exclusion des femmes des droits politiques (droits naturels) attachés au titre de citoyen ? Pour répondre à ces questions, on examinera d’abord par quels moyens les femmes ont participé symboliquement à la citoyenneté, puis on s’intéressera aux discours revendiquant l’égalité des droits.

 


Dominique Godineau est professeure d’histoire moderne à l’Université de Rennes 2 et membre de l’EA Tempora. Spécialiste reconnue de l’histoire de la Révolution française et de l’histoire des femmes et du genre, elle est notamment l’auteure de Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française (Alinéa, 1988) et S’abréger les jours. Le suicide en France au XVIIIe siècle(Colin, 2012).

 

Le mercredi 26 septembre 2018, 14h00-16h00

Salle DS-1950,
Pavillon De Sève, UQAM
320, rue Sainte-Catherine Est,
Montréal, H2X 1L7

Pour plus d’informations, contactez-nous

Votre nom (requis)

Votre courriel (requis)

Sujet

Votre message

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013