Le génocide vendéen : entre polémique politique et champ de recherche. Problématiques pour une histoire renouvelée de la violence

 

Le lundi 29 janvier 2018

Une conférence de Bernard Gainot et Pierre Serna

Le 21 février 2007 et le 16 janvier 2013 ont été officiellement déposés sur le bureau du président de l’Assemblée nationale française deux projets de loi visant à faire des massacres perpétrés durant la guerre civile en Vendée entre 1793 et 1794 un « génocide ». L’expression choque  par la puissance du jeu mémoriel qu’elle met en action, faisant explicitement référence à une autre période terrible du XXe siècle, celle de la destruction industrielle du peuple juif par les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale.  Désormais, cette revendication et ce terme reçoivent dans un public large, désinformé et de moins en moins cultivé quant à la Révolution française, un certain écho qu’une récente publication a relayé évoquant des fours crématoires, un « Oradour sur Glane » vendéen… dépassant la raison historienne.

À l’invitation du GRHS et avec le soutien du CIREM 16-18, Bernard Gainot et Pierre Serna tenteront de démonter, dans un premier temps, l’opération idéologique qui se cache derrière ces dépôts de loi ; puis, dans un second temps, pour ne rien cacher des différents types de violence que durent subir les populations vendéennes, poseront les bases d’une réflexion et d’un chantier à approfondir sur les violences extrêmes en Révolution, avec une attention toute particulière à la typologie des affrontements de guerre civile et des formes d’outrances qu’ils provoquent, dans un contexte qui ne saurait faire oublier une forme d’ensauvagement du monde depuis la Guerre de Sept Ans (1756-1763) qui rompt avec une représentation seulement optimiste du siècle des Lumières. Les guerres sont ici étudiées dans leur caractère « outrancier » comme on le disait à l’époque, en s’interrogeant sur la part de responsabilité des personnes, des structures et des mutations à l’œuvre entre 1780 et 1800, et plus globalement entre 1760 et 1830.

Pierre Serna est professeur d’histoire de la Révolution française à l’université Paris  I Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine. Il a publié et édité de nombreux livres sur la Révolution, notamment La république des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, (Champ Vallon, 2005) et, plus récemment, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution, 1750-1840 (Fayard, 2017).
Bernard Gainot est maître de conférences honoraire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine. Il a notamment publié L’Empire colonial français de Richelieu à Napoléon, 1630-1810 (Armand Colin, 2015) et, tout récemment, La Révolution des esclaves. Haïti, 1763-1803 (Vendémiaire, 2017).

 

Le lundi 29 janvier 2018, 14h00-16h00

BAnQ Vieux-Montréal,
535 avenue Viger, Montréal,
H2L 2P3

Pour plus d’informations, contactez-nous

Votre nom (requis)

Votre courriel (requis)

Sujet

Votre message

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013