Les pérégrinations de l’évergétisme en Méditerranée orientale du XVIIIe au XXIe s. : éthique chrétienne, technologie de gouvernement et concept historiographique

Les pérégrinations de l’évergétisme en Méditerranée orientale du XVIIIe au XXIe s. : éthique chrétienne, technologie de gouvernement et concept historiographique

[vc_single_image image= »956″ image_size= »medium » frame= »noframe » full_width= »no » lightbox= »yes » link_target= »_self » width= »1/3″ el_position= »first »] [vc_column_text pb_margin_bottom= »no » pb_border_bottom= »no » width= »2/3″ el_position= »last »]

Chercheur : Tassos Anastassiadis

Le Mouvement social 234, january-march 2011, p. 45-62.

Il existe aujourd’hui deux trajectoires parallèles du concept d’évergétisme : celle de son histoire en tant que concept historiographique relatif à l’Antiquité depuis le début du XXe siècle, popularisé par Paul Veyne, et celle de son actualité économique en tant que mécénat. Ces deux trajectoires se sont autrefois enchevêtrées et disposent d’un passé commun. Leurs racines peuvent être identifiées non pas dans l’Antiquité mais à la fin du XVIIIe siècle, avec l’intégration progressive de l’Empire ottoman dans l’ordre politique et le système économique européens et la multiplication de pratiques de bienfaisance parmi les populations orthodoxes de l’Empire. Au XIXe siècle, ces pratiques innovantes de bienfaisance se développèrent à travers une réinterprétation de la morale confessionnelle traditionnelle qui libéra les énergies individuelles entrepreneuriales. Elles furent englobées dans un discours uniformisant et idéologisé qui utilisait le concept d’évergétisme pour désigner de manière indifférenciée l’Antiquité ou le gouvernement de l’État grec du XIXe siècle.

http://www.cairn.info

[/vc_column_text]

X