« Les voyageurs du doute ». Notes sur l’anthropologie et la géographie des libertins aux XVIIe et XVIIIe siècles

Le mercredi 8 avril 2015, Montréal, Canada

Une conférence de Stéphane Van Damme

Longtemps, la question de la géographie et de l’anthropologie des « libertins » n’a guère intéressée la recherche sur le libertinage érudit. Pourtant, elle permet de produire une triple levée d’écrou historiographique. En premier lieu, elle souligne le poids de la mobilité comme motif central de la dénonciation politique et morale des autorités civiles et religieuse sous les figures de la contagion et de l’invasion. Ensuite, elle autorise à pratiquer un jeu d’échelles où les lieux et les espaces nationaux (royaume, empire) dialoguent avec des circulations plus lointaines en Europe et dans le monde. Enfin, elle invite à s’interroger sur les savoirs mobilisés. Or, si les pratiques géographiques ou les écrits anthropologiques n’ont pas beaucoup stimulé la recherche, les spécialistes de la cosmographie n’ont pas cessé d’alerter sur de possibles usages d’outils géographiques ou cartographiques sceptiques autour de l’épistémologie des « singularités ». Comme l’écrit Daniel Roche dans son livre Humeurs vagabondes, « Nécessité, but et apport du voyage sont les termes d’un débat amorcé avec la rupture humaniste pour laquelle la découverte du monde devient un fondement de la pensée, donc de toute formation intellectuelle ». Le maintien d’une anthropologie philosophique et d’une géographie intellectuelle aux côtés des approches de terrain invite à faire retour sur une autre histoire des « sciences humaines » avant la lettre.

Stéphane Van Damme est professeur d’histoire moderne et titulaire de la chaire d’histoire des sciences et des savoirs à l’Institut universitaire européen de Florence. Spécialiste de l’histoire culturelle des savoirs aux XVIIe-XIXe siècle, il a récemment publié  À toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières (Seuil, 2014) et Métropoles de papier. Naissance de l’archéologie urbaine à Paris et à Londres (Les Belles Lettres, 2012).

 

Le mercredi 8 avril 2015, 14h00-16h00

Salle DR-200, Pavillon Athanase-David,
Université du Québec à Montréal,
1430 rue Saint-Denis
(Métro Berri-UQAM)

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013