L’incendie des barrières: le rôle mobilisateur de la critique architecturale durant la Révolution française

Le vendredi 18 janvier 2019

Une conférence de Christina Contandriopoulos (UQAM)

Cette conférence fera état de la réception critique du mur des Fermier Généraux sous le Consulat et l’Empire (1799-1815). Lors de sa construction, juste avant la Révolution, ce mur provoque un véritable scandale auprès des Parisiens. Un pamphlet anonyme de 1787 en témoigne, “le mur murant Paris rend Paris murmurant” et fait état de l’importance grandissante de l’opinion publique à l’époque révolutionnaire. Pourtant, dès le Consulat, le mur et ses barrières sont remis en état et même perfectionnés par Napoléon 1er. Dans la presse, son architecture ostentatoire est savamment réhabilitée et intégrée à une nouvelle politique urbaine. Afin de réfléchir aux enjeux éthiques, esthétiques et juridiques associés à la liberté de presse, cette présentation mettra en lumière l’évolution du discours sur ce projet architectural fortement contesté.


Christina Contandriopoulos est professeure au département d’histoire de l’art depuis 2012. Elle a reçu une formation professionnelle en architecture (Bsc, Université de Montréal) suivie d’une maîtrise et d’un doctorat en histoire de l’architecture (Ma, Ph.D., Université McGill). Ses recherches portent sur l’histoire de l’architecture, de la ville et de la cartographie entre 1750 et 1870. 

Le vendredi 18 janvier 2019, 14h00-16h00

Salle A-6290
Pavillon Hubert-Aquin, UQAM
1255 rue Saint-Denis,
Montréal (Québec)

Pour plus d’informations, contactez-nous

Votre nom (requis)

Votre courriel (requis)

Sujet

Votre message

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013