Piroska Nagy

Doctorat d’histoire et civilisations, EHESS (Paris)

Piroska Nagy est professeure titulaire d’histoire médiévale à l’Université du Québec à Montréal. Entre anthropologie historique et histoire sociale des concepts, ses recherches actuelles portent avant tout sur les structures de l’affectivité médiévale et ses représentations, sur les rapports des réalités affectives avec le corps, la raison et les cinq sens dans le contexte religieux du Moyen Âge central (XIe-XIIIe s.). Elle a enseigné à l’Université de Paris I (1991-1995), des Antilles et de la Guyane (1995-96), puis de Rouen en tant que maitre de conférences (1998-2008) et à Central European University comme professeure invitée (2001-2003).

Du séminaire de Jacques Le Goff sur le rire, est né le sujet de thèse de Piroska Nagy sur le don des larmes, répondant ainsi à l’appel de Roland Barthes : « Qui fera l’histoire des larmes? » Ses recherches sur le sujet médiéval de l’émotion et sur le partage social de l’affectif s’articulent sur le point d’intersection du corps et de l’âme, de l’individuel et du collectif, du psychologique et de l’historique; de l’histoire culturelle et religieuse, de l’histoire intellectuelle et des pratiques sociales. Dans l’ensemble il s’agit d’enquêtes dans le domaine de l’anthropologie chrétienne de l’Occident médiéval, qui commencent avec la christianisation à l’époque de l’Antiquité tardive chère à Peter Brown et va jusqu’à la Réforme ou la Révolution. C’est aussi une histoire trans-disciplinaire qui cherche le dialogue fructueux avec l’anthropologie et l’ethnologie, la psychologie et la sociologie, la linguistique et la philosophie. Les sources étudiées vont des traités théoriques – théologiques, philosophiques ou médicaux – aux textes narratifs les plus divers, ainsi qu’aux images.

Piroska Nagy et Damien Boquet, Sensible Moyen Âge : une histoire des émotions de l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015.

Piroska Nagy, Le don des larmes au Moyen Âge : un instrument spirituel en quête d’institution (Ve-XIIIe siècle), Paris, Albin Michel, 2000.

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013