Quatorzième Congrès International d’Études du Dix-huitième Siècle

Du 26 au 31 Juillet 2015,
Université Erasmus de Rotterdam, Pays-Bas

Quatorzième Congrès International d’Études du Dix-huitième Siècle
Société Internationale d’Études du Dix-huitième Siècle (SIEDS)

L’Ouverture des Marchés: L’Économie et le Commerce au Siècle des Lumières

L’Ouverture des Marchés

Tout au long de l’entreprise maritime du XVIIe siècle, les prouesses de guerre et le commerce mondial ont donné la République de la Hollande, sans doute «la première économie moderne», un poids particulier dans l’équilibre Européen. Le Congrès de la SIEDS 2015 aux Pays-Bas, L’Ouverture des Marchés: L’Économie et le Commerce dans dans le Siècle des Lumières, amène les participants au lieu natal de l’économie moderne. Le Congrès traite le développement de la pensée économique et pratique dans le sens le plus large du terme au cours du XVIIIe siècle. Les itinéraires d’affaires commerciales, la variété croissante des biens échangés, les transactions spéculatives sur les actions, sont des aspects du thème, qui couvrira également des sujets tels que le travail et la consommation, le luxe et la richesse, l’économie du savoir, des métaphores économiques et la montée de l’économie politique.

L’Ouverture des Marchés invite toutes sortes d’historiens pour résoudre un large éventail de sujets connexes, y compris les rencontres interculturelles et l’évolution de la relation entre l’espace urbain et rural ainsi qu’entre les sexes. Les historiens intellectuels et littéraires sont invités à réfléchir sur des stratégies de commercialisation et les exigences posées par la rhétorique des Lumières et ses critiques. Ainsi,  L’Ouverture des Marchés permettra en outre d’identifier le public littéraire du XVIIIe siècle en tant que composé de clients et permettra de stimuler la recherche dans le «marché des idées». Les historiens de la science sont mis au défi de se concentrer sur la distribution de la connaissance comme un bien précieux.

L’Ouverture des Marchés va ouvrir une perspective véritablement mondiale, y compris les Amériques ainsi que l’Asie et l’Afrique. Elle stimulera également de poursuivre la réflexion sur une série de retournements de fortune spectaculaires au cours du XVIIIe siècle comme vu dans la République néerlandaise elle-même. Enfin, elle nous permettra de mettre en évidence le Refuge Huguenot, qui a joué un rôle majeur dans la plupart des développements évoqués ci-dessus.

La Mondialisation du Marché

Le XVIIIe siècle a montré une augmentation spectaculaire et une intensification du transfert et des échanges internationaux. Les pays et les continents étaient reliés entre eux par de multiples liens économiques. La montée d’un espace et d’un système économique mondial réorganisa la vie économique. La production massive des produits de luxe en Chine et en Inde a par exemple été une marque importante d’une révolution industrielle. La hausse de la production et du commerce en Inde et en Asie a conduit à d’autres crises ailleurs. Comment les économies nationales ont réagi à cette nouvelle situation? De quelle façon les marchés spécifiques ont-ils survécu et comment se sont développés de nouveaux réseaux? La mondialisation des échanges et du commerce ont également eu des conséquences importantes pour le marché du travail mondial, en particulier pour le marché des esclaves et des serviteurs.

Mouvement et changement

La mondialisation de l’économie et des marchés a eu des implications et des conséquences  sociales, exhortant des changements dans les institutions et les pratiques. Mouvement, ou l’absence de celui-ci, est un thème central au XVIIIe siècle. Mise à part le mouvement de la circulation des marchandises et des produits, on pourrait penser à des mouvements verticaux au sein de la société. Par exemple la montée des classes moyennes, y compris leurs signes appropriés de distinction, et leur accès grandissant à la sphère publique. On pourrait aussi penser aux vieilles institutions qui sont  mises en question: les régimes anciens, les églises, les corporations, le système mercantile. Les marchés servirent de lieux de rencontre pour les gens de différentes origines. Quels ont été les conséquences sociales de l’accès facile pour tant de gens à une place dans le marché mondial? Comment ont-ils réagi ou fait usage des nouvelles possibilités? Comment le marché mondial affecte la vie quotidienne des groupes et des individus, en influençant la hiérarchie sociale et les relations entre les sexes? Quels ont été les conséquences pour les marchés du travail mondial, en particulier les marchés des esclaves et les serviteurs? Comment ces changements ont été représentés dans la littérature, le théâtre et les arts visuels?

Lieux de rencontre et l’échange de connaissances et d’idées

La connaissance et les idées étaient aussi soumises à l’échange, la mondialisation et l’orientation du marché. Une question centrale est donc dans quelle mesure cela a conduit au conformisme ou dans quelle mesure cela a-t-il stimulé la diversité des idées, conduisant éventuellement à l’hétérodoxie. La réorganisation et la généralisation de l’économie de la connaissance et l’extension du marché littéraire, y compris les florissants «souterrains» littéraires, ont fourni une situation dans laquelle la circulation des idées a rapidement pris de l’ampleur. Cela s’est fait par divers canaux et par une grande variété d’agents. Prostituées et charlatans, voyageant de village en village répandaient souvent des idées subversives. Au même moment, le commerce du livre fleurissait et les réseaux intellectuels persistaient et s’adaptaient à la nouvelle situation.

Les encyclopédistes réunissaient des connaissances  du monde entier, ce qui donna des points de vus nouveaux et souvent plus tolérants sur d’autres cultures. Grace à  Linnaeus et Buffon, de nouveaux réseaux d’histoire naturelle ont été créés. La République des Lettres et la création de nouvelles sociétés savantes ont donné lieu à une sociabilité culturelle spécifique. Mais comment ces évolutions importantes ont été pour l’histoire de la science? Quand la République des Lettres a-t-elle cédé? Et qui sommes nous pour faire de XVIIIe siècle une «crise de l’université»?

Refuge des Huguenots

Des groupes spécifiques reflètent l’évolution générale. Suite à la Révocation de l’Édit de Nantes, environ 300.000 protestants français ont été contraints à l’exil, privant la France de nombreux de ses plus talentueux savants, commerçants et soldats. Au début du XVIIIe siècle, le retour à leur pays d’origine était déjà devenu une perspective très improbable pour les Huguenots qui avaient trouvé refuge en Suisse, Hollande, Angleterre, Allemagne et Amérique du Nord. Il est sûr qu’ils ont clairement enrichi les cultures nationales des pays vers où ils ont fui, mais la manière avec laquelle ils s’assimilèrent à leur nouvel environnement varia considérablement. En tant qu’acteurs importants dans la communauté internationale de savants, les Huguenots ont été en mesure de prescrire une nouvelle «éthique» pour l’échange civil des services académiques. Compte tenu de la majeure partie que le Refuge a joué dans les Lumières aux Pays-Bas nous sentons qu’une attention particulière pour les Huguenots s’impose.

Économie politique et politique économique

La mondialisation et le développement des marchés a exhorté les autorités à définir des politiques. Par conséquent, le XVIIIe siècle connu un nouvel intérêt pour les politiques publiques, économiques et anthropologiques. La nouvelle science de l’économie politique et les statistiques ont été élaborés pour servir de base pour le gouvernement. L’étude scientifique de la société a pris plusieurs formes, que ce soit physiocratie française, caméralisme allemand, ou «science de l’homme» écossais. Le Siècle des Lumières produisit des idées révolutionnaires sur le développement d’une société commerciale. Le système mercantile fut attaqué. La réussite dans le commerce international était considéré comme cruciale dans la quête pour la survie. La rivalité entre les nations et la reconnaissance de la nécessité d’établir une puissance maritime alimenta la montée d’une économie politique visant à améliorer la gouvernance. Paradoxalement, la montée de la mondialisation et l’échange international ont fourni le cadre pour le développement de la conscience nationale et de la citoyenneté.

La Représentation du Marché

Le début des temps modernes de réorganisation financière et économique a également eu des effets sur la production culturelle, littéraire et artistique. L’activité économique est représentée et commentée dans l’art et la littérature. Le marchand et sa famille devinrent des personnages connus dans les romans et les pièces de théâtre, la réussite et les crises économiques devinrent le moteur d’intrigues et une source d’humour.  Les écopes financières de 1720, les «révolutions de papier», stimulèrent une organisation internationale de commerce spéculatif dans les brochures dans lesquelles les conséquences culturelles du nouveau système financier furent étudiées et ridiculisées. Grâce à des images littéraires et artistiques, de nouvelles métaphores ont été développées qui pourraient mieux décrire les nouveaux aspects financiers et de l’organisation. Comment pourrait «bon commerce» se distinguer de comportement économique «mauvais» ou immoral? Le XVIIIe siècle peut être considéré comme l’aire de mise bas pour la métaphore du «marché des idées», qui, dans le XXe siècle deviendra l’une des métaphores les plus importants pour décrire l’organisation de la société moderne.

Éditions du Seuil : http://www.seuil.com/livre-9782020967624.htm
Centre d’histoire du XIXe siècle : http://www.univ-paris1.fr/centres-de-recherche/crhxix/

Du 26 au 31 Juillet 2015

 

Erasmus University Rotterdam, Campus Woudestein
Burgemeester Oudlaan 50
3062 PA Rotterdam, the Netherlands

www.eur.nl

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013