Rupes nigra et altissima : l’étrange Arctique de Mercator

septembre, 2021

17sep12 h 30 min13 h 45 minÉvénement virtuelRupes nigra et altissima : l’étrange Arctique de MercatorPrésenté par Alban Berson

Détails de l'événement

À partir de 1569, Gérard Mercator représente l’Arctique sous la forme d’une vaste masse terrestre de forme circulaire divisée en quatre îles de surfaces équivalentes. Ces îles sont séparées par quatre bras de mer aux courants tumultueux qui les rendent innavigables et dont les eaux, « qui ne gèlent jamais », coulent vers le nord en direction d’une mer intérieure. Au centre de cette mer, au pôle nord donc, se dresse un immense rocher noir : « Rupes nigra et altissima ». Les eaux qui se dirigent vers cette montagne s’engouffrent à sa base dans un gigantesque maelstrom. De là, elles sont « absorbées dans les entrailles de la Terre ». Mercator est un géographe habituellement soucieux de la fiabilité de ses sources. L’Arctique est la partie la plus erronée de son œuvre. Quels documents et quels raisonnement l’ont-ils conduit à représenter cette partie de la Terre sous une forme aussi fantaisiste ?

Alban Berson est cartothécaire à Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Il enseigne également l’histoire du livre et de l’imprimé à l’Université de Montréal. Il s’intéresse à la cartographie de l’Amérique du Nord et de la Nouvelle-France en particulier. Il a publié plusieurs articles sur ces sujets. Il termine actuellement un livre consacré aux mythes géographiques de l’Amérique du Nord au XVIe siècle qui paraitra aux Éditions du Septentrion en 2022.

Heure

(Vendredi) 12 h 30 min - 13 h 45 min

Séminaire

3. Diffusion, circulation et appropriation des savoirsOrganisé et animé par Peggy Davis (UQAM) et Lyse Roy (UQAM)

Détails de l'événement virtuel

Événement maintenant en ligne!

0 Avis

X