LECTURES

  • Michel Biard et Jean-Numa Ducange (dir.), <br/>L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques, 1789-1917, <br/>Paris, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019.

    Michel Biard et Jean-Numa Ducange (dir.),
    L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques, 1789-1917,
    Paris, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019.

    Compte rendu par Étienne Hudon (Université du Québec à Montréal)

    En opérant une brèche dans l’épais magma de la continuité historique, à travers laquelle peuvent être appréciés les clivages idéologiques, les tensions sociales, les contradictions matérielles qui, tout en annonçant la fin d’une période, en préparent une autre, la révolution demeure un concept et un moment historique privilégiés par de nombreux.ses chercheurs.ses s’intéressant au mouvement humain. Période de luttes, de compromis, mais aussi d’adaptation et de tâtonnement, le moment révolutionnaire se veut une période de transition, laissant derrière elle, telle la dialectique hégélienne, le périmé pour ne conserver que ce qui est jugé apte à participer au façonnement d’une société voulue plus juste. Cette rupture entre l’ancien et le nouveau ne se fait pas toujours, nous nous en doutons, dans la joie et l’allégresse : un renversement radical de l’ordre social cristallisera évidemment le mécontentement des anciens dominants et des réfractaires…

  • Christina Contandriopoulos, L’incendie des barrières : le rôle mobilisateur de la critique architecturale durant la Révolution française

    Christina Contandriopoulos, L’incendie des barrières : le rôle mobilisateur de la critique architecturale durant la Révolution française

    Compte rendu par Marian Gates (Histoire de l’art, UQAM)

    La conférence L’incendie des barrières: le rôle mobilisateur de la critique architecturale durant la Révolution française présentée par Christina Contandriopoulos le vendredi 18 janvier 2019 mettait de l’avant la manière dont le mur d’enceinte de Paris pensé par la Ferme Générale et ses cinquante-cinq barrières conçues par Claude-Nicolas Ledoux en 1784 ont une double fonction symbolique et utilitaire et permettent l’émergence d’une réception critique qui légitime le discours sur l’architecture publique.

  • Christina Contandriopoulos, L’incendie des barrières : le rôle mobilisateur de la critique architecturale durant la Révolution française

    Christina Contandriopoulos, L’incendie des barrières : le rôle mobilisateur de la critique architecturale durant la Révolution française

    Compte rendu par Marjorie Charbonneau (Histoire de l’art, UQAM)

    Dans cette conférence, Christina Contandriopoulos, professeure au Départements d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal, détentrice d’un doctorat en histoire de l’architecture et membre régulière du GRHS, s’est intéressée à la naissance de la critique architecturale durant la période révolutionnaire française. Plus particulièrement, elle s’est intéressée au dialogue qui s’amorça au début du XIXᵉ siècle entre les architectes, les critiques et le grand public. Afin d’approfondir cette question, elle s’est penchée sur une étude de cas symptomatique, le mur des Fermiers Généraux comme une enceinte moderne et utilitaire construite autour de Paris. Le mur était un projet célèbre pour les critiques qu’il avait suscitées, et ce dès sa construction entre 1785 et 1789. Contesté, hautement médiatisé et décrié comme un outrage public à la nation, ce projet amena une mauvaise renommée. Le mur des Fermiers Généraux offrait une possibilité…

X