Icono-cartographie des villes à l’époque moderne. Techniques, langages, usages

    Atelier de cartographie ancienne, préparé par Brigitte Marin, professeure à Aix-Marseille Université

    24 mars 2017, 10h00-18h00

    L’atelier propose un bilan critique, dans le domaine de l’histoire urbaine, des utilisations et du traitement des plans et des vues de villes produits en Europe du XVe au XVIIIe siècle : tendances historiographiques, acquis et questions débattues, questionnements soulevés par ce type de sources. Il retrace l’évolution des techniques de représentation, des milieux des opérateurs (de la conception de la carte à son édition), et des usages sociaux de ces images. Des exemples de lectures et d’interprétations de ces documents cartographiques anciens, comme de réélaborations des données qu’ils contiennent dans des programmes de recherche récents, seront soumis à la discussion.

  • Gestion urbaine, notabilités populaires et compétences citadines. Naples, XVIIIe siècle

    Gestion urbaine, notabilités populaires et compétences citadines. Naples, XVIIIe siècle

    Une conférence de Brigitte Marin, professeure à Aix-Marseille Université

    Le mercredi 22 mars 2017, 14h-16h

    L’étude d’expériences de participation des habitants ‘ordinaires’ à la gestion de la ville (salubrité, ordre public, ordonnancement des espaces) apporte un éclairage nouveau sur des pratiques quotidiennes de ‘citadinité’, d’adhésion à la vie civile, comme sur les cadres institutionnels et sociaux qui les sous-tendent. Elle révèle la construction de modestes notabilités au cœur des communautés de voisinage, de formes d’engagements populaires variées au service de la chose commune. Elle interroge la notion de « citadin » en lien avec d’autres catégories de l’appartenance locale. Le terrain d’enquête privilégié est la ville de Naples, une métropole de près de 400 000 habitants, alimentée par des flux migratoires réguliers, dans une perspective comparative avec d’autres espaces urbains.

    L’identité des femmes du port Bordeaux durant la Révolution française : regard à l’intersection du genre et de la race.

    Une conférence de Pauline Moszkowski (Université de Montréal/Université de Paris I Panthéon-Sorbonne)

    Le mercredi 7 décembre 2016

    Cette conférence proposera de déplacer le regard vers une nouvelle zone géographique – un port colonial – afin de questionner l’engagement politique des femmes dans une perspective nouvelle. Valorisant une analyse scalaire, utilisant plusieurs échelles focales pour interroger un phénomène historique, c’est à travers la présentation de notre projet de recherche doctoral que nous souhaitons questionner l’existence d’une identité particulière des femmes bordelaises durant la période révolutionnaire afin d’étudier la place de l’urbanité, des réseaux et du colonialisme dans la construction des identités de genre et de race. La forte implantation à Bordeaux d’une population noire et créole, fortement intégrée dans les espaces sociaux-politiques, permet de développer une étude approfondie de l’impact de la race sur la politisation des femmes et d’envisager les diverses formes que peut prendre la nouvelle citoyenneté révolutionnaire dans un espace entre territoire national et monde atlantique.

    Les archives de la table de marbre : quelques réflexions sur une source oubliée de l’histoire de la guerre au XVIe et XVIIe siècle

    Une conférence de Benjamin Deruelle, professeur à l’UQAM.

    Le mercredi 16 novembre 2016, 14h00-16h00, A-6290.

    L’histoire de la justice est un domaine dynamique de l’historiographie. Si de nombreux auteurs ont étudié les sources judiciaires pour appréhender la violence d’un groupe social ou d’une société, peu se sont attachés à la justice militaire et à la manière dont étaient gérées les affaires relatives aux hommes de guerre. Les Archives Nationales de France conservent pourtant, dans la série Z, les papiers du tribunal de la connétablie. Peu connus et peu étudiés, ils ouvrent pourtant des perspectives innovantes pour la poursuite d’une histoire sociale, culturelle et politique des crimes et délits militaires des XVIe et XVIIe siècles.

  • Communauté et citoyenneté du Moyen Âge à nos jours

    Communauté et citoyenneté du Moyen Âge à nos jours

    Colloque international organisé par la professeure Claire Dolan (Université Laval), en collaboration avec le GRHS.

    Le jeudi 27 et vendredi 28 octobre 2016

    La citoyenneté est un thème à la mode et nombreux sont les congrès, colloques, centres ou chaires de recherche, en sciences politiques, en droit, en philosophie et en histoire, à avoir usé du mot pour parler de la vie politique en lien avec la démocratie. Sans nier l’importance de ces apports, nous entendons toutefois nous en démarquer. Dans cette rencontre, la citoyenneté ne sera pas abordée pour elle-même, mais dans sa relation avec la communauté, là où justement elle devient le plus opératoire et où sa dimension historique lui donne tout son sens.

  • L’instrumentation d’un corpus textuel en histoire de l’art : le cas des Guides de Paris

    L’instrumentation d’un corpus textuel en histoire de l’art : le cas des Guides de Paris

    Une conférence de Emmanuel Château-Dutier, professeur à l’Université de Montréal

    Le 28 septembre 2016

    En tant que discipline historique, l’Histoire de l’art met en œuvre des méthodes spécifiques d’exploration et d’interrogation du passé. Les « guides de Paris » font partie des sources incontournables pour l’histoire de l’art des XVII-XVIIIe siècles. Conduit dans le cadre du Labex les Passés dans le Présent, en partenariat avec la Bnf et le laboratoire Modyco, le projet des Guides de Paris consiste à numériser un corpus textuel, à l’éditer en XML-TEI, et à mettre en œuvre une annotation sémantique afin de l’exposer dans le Linked Open Data. Le travail implique la constitution d’un corpus historique rassemblé en fonction d’un certain nombre de questions de recherche.

    Les dictionnaires historiques à la période moderne, 1550-1750 : adaptations, traductions et translations

    Une conférence de Lyse Roy, professeure à l’UQAM

    Le mercredi 5 avril 2017, 14h00-16h00

    Coincés entre les dictionnaires de langue, unilingues ou multilingues, et les encyclopédies, notamment la fameuse Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751), qui eux connaissent la faveur des lexicographes et des historiens des idées, les dictionnaires historiques ont fait l’objet de très peu d’études et sont considérés comme appartenant à un genre secondaire. Pourtant, l’édition de ces ouvrages connaît un essor remarquable à partir du XVIe siècle, fulgurant après 1740. À partir de l’approche proposée par la bibliographie matérielle et la sociologie des textes qui analyse les relations complexes entre la forme et le sens des texte, cette conférence a pour objectif de montrer que les adaptations, translations, traductions des dictionnaires historiques à la période moderne n’affectent pas que leur contenu mais également leur forme, laquelle est déterminante dans leur réception, compréhension et interprétation

    Géographie et topographie du livre en Europe, vers 1450-vers 1820

    Une conférence de Frédéric Barbier, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Histoire et civilisation du livre).

    Le mercredi 29 mars 2017, 14h00-16h00, N-8550.

    La conférence proposera quelques clés de lecture permettant d’analyser l’évolution de la géographie de l’imprimé en Europe à l’époque de la « librairie d’Ancien Régime », c’est-à-dire entre l’apparition de la typographie en caractères mobiles et l’émergence de la librairie de masse et de l’industrialisation. Ces perspectives macro-géographiques s’articulent avec l’analyse de micro-histoire, à travers la présentation de quelques éléments relatifs à la topographie des activités liées à l’imprimé dans un certain nombre de villes.

  • École d’été internationale du PIREH et du GRHS : les bases de données en histoire

    École d’été internationale du PIREH et du GRHS : les bases de données en histoire

    Du 22 au 26 mai 2017

    L’École d’été internationale de Paris 2017 est la seconde école d’été numérique organisée par l’UQAM et l’Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Elle s’inscrit dans le cadre d’un partenariat émergent qui a pour objectif de favoriser l’échange des pratiques du numérique entre le Québec et la France, leur apprentissage par les étudiants du cycle supérieur – maîtrise et doctorat – , et la mobilité étudiante. L’esprit de cette école est de promouvoir l’usage des méthodes informatiques de la recherche en sciences humaines et sociales dans la discipline historique. Organisée par des enseignants-chercheurs expérimentés, elle aborde des méthodologies et des thématiques innovantes, appliquées au sein d’une pédagogie adaptée aux spécificités de l’histoire, aux besoins des étudiants et aux impératifs de la recherche.

    Seconde édition d’une école qui veut s’inscrire dans la durée, elle sera la première organisée en France, après celle de Montréal, tenue à l’UQAM en mai 2016. Le thème choisi cette année, « Les bases de données en histoire », se situe dans le prolongement du précédent, axé sur les méthodes d’analyse textuelles assistées par ordinateur. L’objectif est de permettre aux étudiants de maîtrise et de doctorat, ainsi qu’aux collègues de l’UQAM et de l’Université…

    Les portraits écrits de Robespierre

    Une conférence de Marc Angelot

    Le vendredi 15 avril 2016

    « Sa taille étoit de 5 pieds 2 ou 3 pouces ; son corps jeté d’à-plomb; sa démarche ferme, vive et même un peu brusque; il crispoit souvent ses mains, comme par une espèce de contraction de nerfs ; le même mouvement se faisoit sentir dans ses épaules et dans son col qu’il agitoit convulsivement à droite et à gauche ; ses habits étoient d’une propreté élégante, et sa chevelure toujours soignée ; sa physionomie, un peu renfrognée, n’avoit rien de remarquable ; son teint étoit livide et bilieux, ses yeux mornes et éteints ; un clignement fréquent sembloit la suite de l’agitation convulsive dont je viens de parler; il portoit toujours des conserves. Il savoit adoucir avec art sa voix naturellement aiguë et criarde et donner de la grâce à son accent artésien ; mais il n’avoit jamais regardé en face un honnête homme ». 

Le portrait du Tyran, fait par Suard en 1794.

    Des émotions aux sensibilités : débats autour de l’histoire des affects

    Séminaire animé par Piroska Nagy et Pascal Bastien

    Mercredi 24 février 2016

    Ce débat cherchera à tracer l’identité et les enjeux du champ historiographique de la vie affective dans la recherche internationale. Entre les divisions trop facilement établies (histoire médiévale des émotions, histoire moderne des mentalités, histoire contemporaine des sensibilités), il s’agira d’aborder, de confronter et de croiser les enjeux des différents cadres historiographiques, le cadre des méthodologies sollicitées et les impasses que chacun cherche à dépasser.

    Pascal Bastien sera résident de l’Institut d’études avancées (IEA) de Paris pendant l’année 2016-2017

    Dans le cadre de son projet sur « La circulation de l’information à Paris au 18e siècle ».

  • Inventer la Cité républicaine : identités locales, résistances, insurrections, 1770-1848.

    Inventer la Cité républicaine : identités locales, résistances, insurrections, 1770-1848.

    Mercredi 27 et jeudi 28 avril 2016, à partir de 9h00.

    Atelier

    Qu’est-ce que la cité républicaine et comment comprendre ces deux termes, à la fois abstraitement et concrètement ? Abstraite, la cité républicaine est un concept qui renvoie à toute la littérature de l’utopie républicaine, du XVIe au XVIIIe siècle. La cité républicaine est « un rêve s’il en fût jamais » (Louis-Sébastien Mercier, 1770). Concrète, elle est un projet de fondation porté par des enjeux, très réels, de liberté, d’égalité, à terme de fraternité. L’immense contradiction constitutive de la République démocratique, comme ne manquent pas de s’en apercevoir tous les pères fondateurs, repose sur cette immense difficulté à construire des modèles d’économie politique libérale, facteur d’inégalités destructrices du tissu social, et en même temps d’élaborer une protection sociale pour les plus nombreux, pour que les richesses d’une minorité ne servent pas une nouvelle aristocratie en république, pire que la noblesse dans la monarchie abolie.
    Cet atelier réfléchira 1) aux conditions de formation et d’adaptation des identités locales ; et 2) à l’opérabilité et à la pertinence des notions de résistance et d’insurrection.

    Un café avec Robert Darnton

    Séminaire avec Robert Danton

    Mardi 8 mars 2016, 14h00

    Dans le cadre d’un « huis clos », dix jeunes chercheurs pourront discuter, dans un cadre convivial et informel, avec le professeur Robert Darnton, l’un des plus grands historiens de sa génération. Il ne s’agira pas d’une conférence ou d’un séminaire à proprement parler. Cette activité voudrait plutôt constituer une opportunité offerte à des mémorants et des doctorants en histoire moderne de connaître le parcours de l’historien et de l’interroger sur ses souvenirs, ses choix et ses perspectives actuelles. À travers cet exercice d’égo-histoire, c’est aussi le parcours intellectuel des jeunes chercheurs que Robert Darnton voudrait interroger et conseiller.

    Pour une histoire politique des animaux

    Conférence de Pierre Serna

    Vendredi 5 février 2016, 14h00

    Omniprésent, l’animal exprime des choix de société, des hiérarchies, des mutations, des rapports de force différents et des sensibilités changeantes. À partir du débat scientifique et vétérinaire, du débat philosophique, des archives de police et de la réflexion sur la place de l’animal dans l’économie, cette conférence réfléchira aux rapports hommes-animaux, surtout dans le cadre urbain, à la fin de l’Ancien Régime et durant la Révolution et au-delà. La place de l’animal dans la ville au XVIIIe siècle mérite une histoire politique qu’il reste encore à écrire.

  • « Quelles armes, citoyens ? » Révolutions, démocraties et modèles républicains, 1650-1950

    « Quelles armes, citoyens ? » Révolutions, démocraties et modèles républicains, 1650-1950

    Table ronde

    Mercredi 3 février 2016, 14h00

    Préparée aux lendemains des attentats de Beyrouth et Paris des 12 et 13 novembre 2015, cette table ronde voudrait interroger, confronter et penser les menaces sur le « pacte républicain ».  Comment le défendre? Qu’est ce qui est attaqué? Comment résister sans tomber dans le sécuritaire?  Quel rôle social pour l’historien?

    Dans le programme « Cité républicaine » auquel collabore le GRHS, « Réfléchir sur la cité républicaine revient aujourd’hui à interroger les liens qui tissent une société de libertés fondée sur le respect de l’Autre, fondée sur la possibilité pour chacun de s’exprimer, fondée sur la parité femme/ homme, fondée sur la reconnaissance de la liberté des corps, des esprits, de l’intelligence, de l’art et de la culture ». C’est dans ce cadre que cette réflexion collective doit être menée.

  • Sociabilité new-yorkaise et radicalisme au tournant de 1840

    Sociabilité new-yorkaise et radicalisme au tournant de 1840

    Une conférence de Julien Mauduit

    Le mercredi 27 janvier 2016

    Le quartier entourant la Trinity Church et le City Hall de New York peut résumer à lui seul la dynamique politique de la République américaine au tournant de 1840. Wall Street, une rue qui s’impose alors comme le cœur de l’activité financière du continent, traverse ce quartier.

  • La toilette et les arts visuels – réinventer l’espace, réinventer le nu

    La toilette et les arts visuels – réinventer l’espace, réinventer le nu

    Le vendredi 2 octobre 2015

    Une conférence de Georges Vigarello

    À la croisée de l’enveloppe individuelle et de l’expérience sociale, le corps constitue désormais un objet d’histoire à part entière, réfléchi à travers ses représentations et ses investissements les plus divers.

    Cette conférence présentera le moment intime de la toilette comme espace privilégié de conquête et de représentation du corps. À travers les arts visuels, au carrefour de la représentation idéalisée et du témoignage, le corps sera investi et interrogé à travers des modèles et des imaginaires culturels en constantes redéfinitions.

  • Nuit et noctambules

    Nuit et noctambules

    Le mercredi 25 février 2015, 15h30-17h30

    Atelier autour de

    Simone Delattre, Les douze heures noires. La nuit à Paris au XIXe siècle, Albin Michel, 2000.

    Marco Cicchini, “Gouverner la nuit au siècle des Lumières. Entre tyrannie des heures noires et plaisirs noctambules”, Annales de la Société Suisse pour l’étude du dix-huitième siècle, 2011.

    Rétif de la Bretonne, Les nuits de Paris, 1788 (extraits choisis).

    Événements

    La conversion au philhellénisme : lecture, tourisme, sociabilités et outillage mental du sacrifice pour la Grèce au tournant du XIXe siècle.

    Une conférence de Tassos Anastassiadis
    En collaboration avec le Département d’histoire de l’UQAM

    Le mercredi 14 janvier 2015, 14h00-16h00

    Cette conférence entend présenter les premiers résultats d’une recherche en cours consacrée à une nouvelle compréhension des conditions à travers lesquels l’affinité et l’adhésion à un idéal esthétique se sont progressivement transformées, chez certains individus, en une véritable pratique politique. L’historiographie traditionnelle sur les philhellènes qui se sont joints à la Révolution grecque (1821-1827) a pris pour acquis la transition d’une formation à la culture lettrée de la Grèce antique pendant les Lumières, vers l’engagement affectif et le combat effectif pour l’indépendance de la Grèce moderne.

    Événements

    Franc-maçonnerie et sociabilité dans l’espace européen des Lumières

    lundi 26 janvier 2015, 15h30-17h30

    Atelier autour de

    Pierre-Yves Beaurepaire, L’espace des francs-maçons, une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003.

    Événements

    Parole, pouvoir, puissance et politique au Moyen Âge

    Une table-ronde autour des travaux de Michel Hébert et de Robert Jacob
    En collaboration avec le Groupe de recherche sur les pouvoirs et les sociétés de l’Occident médiéval et moderne (GREPSOMM)

    Le mercredi 4 février 2015

    Cette table-ronde propose une lecture croisée et un débat autour des livres de Michel Hébert, Parlementer. Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge (Boccard, 2014) et de Robert Jacob, La grâce des juges.

    Événements

    « Les voyageurs du doute ». Notes sur l’anthropologie et la géographie des libertins aux XVIIe et XVIIIe siècles

    Le mercredi 8 avril 2015, Montréal, Canada

    Une conférence de Stéphane Van Damme

    Longtemps, la question de la géographie et de l’anthropologie des « libertins » n’a guère intéressée la recherche sur le libertinage érudit. Pourtant, elle permet de produire une triple levée d’écrou historiographique.

    Événements

  • Sociabilités intellectuelles en Révolution.

    Sociabilités intellectuelles en Révolution.

    Mercredi 15 avril 2015, 15h30-17h30

    Atelier autour des travaux de Jean-Luc Chappey (Paris-I Panthéon-Sorbonne, IHRF), en présence de l’auteur.

    Événements

  • Tavernes et guinguettes dans la France des Lumières.

    Tavernes et guinguettes dans la France des Lumières.

    Atelier autour de
    Thomas Brennan, “Beyond the Barriers: Popular Culture and Parisian Guinguettes”, Eighteenth-Century Studies, 18-2, 1984-1985, p. 153-169.

    Robert Beck, Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, 1997.

    Mathieu Lecoutre, Ivresse et ivrognerie dans la France modern, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

    le vendredi 12 décembre 2014, 15h30-17h30

    Événements

    Errances, égarements, erreurs, hérésies au XVIIe siècle.

    Du 4 au 6 juin 2015, Québec, Canada

    Errances, égarements, erreurs, hérésies au XVIIe siècle.

    Le congrès se propose donc d’examiner les diverses pratiques et représentations de l’errance dans leurs dimensions géographique bien sûr, mais aussi philosophiques, idéologiques, théologique, mystique, politique, sociale et scripturale, de manière à mieux cerner leurs investissements symbolique et littéraire dans les textes du XVIIe siècle.

    Événements

    Circulations, échanges et occupations de l’espace à Paris au 18e siècle : histoire sociale et tournant spatial

    Le 31 juillet 2015, Rotterdam, Pays-Bas.

    Colloque du GRHS organisé dans le cadre du 14e Congrès de la Société internationale d’études du dix-huitième siècle (SIEDS).

    De la fabrique de la ville aux représentations de l’espace : pour une relecture des embellissements urbains à l’époque moderne

    Le mercredi 30 septembre 2015

    Une conférence de Julien Puget

    Les XVIIe et XVIIIe siècles sont marqués en Europe par une vague sans précédent de transformations des villes. Les centres médiévaux sont remaniés, des quartiers périphériques sont construits. Pendant longtemps, le rôle des simples habitants dans ces processus d’embellissement fut considérablement minoré au profit de l’action étatique d’un pouvoir monarchique absolu. Une relecture des mécanismes de fabrique urbaine à tous les échelons de la matérialité des villes — la parcelle, l’immeuble et le quartier — révèle pourtant l’action primordiale des particuliers sur le marché immobilier et de la construction, ou encore dans les processus administratifs de production et de gestion des territoires urbanisés.

    Événements

    Sauver l’honneur du roi et de la police ? Gestion de la catastrophe et opinion publique (Paris, 30 mai 1770)

    Le mercredi 21 octobre 2015

    Une conférence de Vincent Milliot

    Le 30 mai 1770, à l’occasion des réjouissances organisées en l’honneur du mariage du Dauphin, futur Louis XVI, et de Marie-Antoinette d’Autriche, survient rue Royale, à proximité de l’actuelle place de la Concorde (ancienne place Louis XV), une bousculade qui dure plusieurs heures et provoque de très nombreuses victimes (132 morts, plusieurs centaines de blessés). Il s’agit de la plus grave catastrophe publique survenue en temps de paix sous l’Ancien Régime. Le traumatisme est intense et le scandale immense ; les chiffres les plus fous circulent au sujet du nombre de victimes dans les correspondances, chez les mémorialistes, dans la presse périodique. L’onde de choc est européenne, à la mesure de la réputation d’excellence acquise par la police parisienne depuis le règne de Louis XIV. Elle ébranle également les institutions parisiennes. Elle nourrit enfin un double système d’interprétation : l’un concernant la sphère de l’opinion publique ; l’autre, celle de l’administration de la police et de ses responsabilités.

    Événements

    « Travailler à la police » à Paris au XVIIIe siècle : réflexions sur l’espionnage et les formes de collaboration police/population

    Le mercredi 28 octobre 2015

    Une conférence de Vincent Milliot

    Parmi les plus importants reproches formulés en 1789 à l’encontre de la police parisienne et des services de la lieutenance générale, figure l’espionnage généralisé, marque d’un insupportable despotisme. Cette face obscure de la « sûreté publique »  constitue l’un des fondements d’un vaste appareil de connaissances que l’administration s’efforce de construire en multipliant registres, inventaires, écrits divers précieusement archivés. Cet appareil entend faciliter le contrôle préventif, plus que la répression systématique.

    Événements

    La révolution du sourire dans le Paris du XVIIIe siècle. Séminaire autour du livre de Colin Jones, The Smile Revolution in Eighteenth Century Paris, Oxford University Press, 2014.

    Le mercredi 11 novembre 2015, 14h00-16h00

    En présence de l’auteur

    Colin Jones sollicite la littérature, l’histoire de l’art, l’histoire de la médecine et l’histoire sociale et politique pour proposer une histoire du sourire qui traverse le Paris des Lumières, de la Révolution et de la Terreur, laquelle le remit profondément en cause.

    Événements

    La sociabilité politique d’une République urbaine au temps des Lumières : Genève au XVIIIe siècle

    Le mercredi 2 décembre 2015

    Une conférence de Marco Cicchini

    Il s’agira de réfléchir aux formes et aux conditions pratiques de la participation à la vie politique à Genève, lesquelles sont très réglementées et en principe limitées. Hors des institutions gouvernementales, l’homo politicus n’est censé émerger que deux jours par an, au moment des élections. Pas de brigues, pas de partis, pas d’espaces de débat politique institutionnalisés. Ce cadre rigide ne tient pas. Cercles et sociabilités militaires sont des lieux de débats publics sur les affaires de l’Etat. Chansons, écrits manuscrits, puis (dès 1750) libelles et pamphlets imprimés inondent l’espace public républicain. Il s’agit en somme ici de réfléchir à la perméabilité et à la singularité des formes de sociabilité en fonction de leur rapport au politique.

    Événements

    Microstoria et sociabilités urbaines.

    Réflexions et débats autour de l’oeuvre du professeur Haïm Burstin
    (Università degli Studi di Milano-Bicocca).

    Le mardi 14 octobre 2014

    La discussion sera notamment orientée vers le dernier livre d’H. Burstin, Révolutionnaires. Pour une anthropologie politique de la Révolution française, Paris, Vendémiaire, 2013.

    Cet atelier se tiendra en présence d’Haïm Burstin.

    Événements

  • Les sociabilités de l’écrit XVIe-XVIIIe siècle

    Les sociabilités de l’écrit XVIe-XVIIIe siècle

    Ce séminaire permettra de présenter une histoire du concept de sociabilité et proposera différents enjeux épistémologiques et pistes méthodologiques pour le rendre opératoire. « L’ami lecteur », notamment exploré dans les deux textes suivants, permettra de poser concrètement le problème.

    Événements

    Écrire de compagnie: Formes de collaboration dans les oeuvres artistiques et le savoir scientifique (1700-1914)

    L’exposition se tiendra du 10 avril au 10 juillet 2014 dans le vestibule du 4e étage de la Bibliothèque McLennan (Université McGill).

    Grâce à la sélection de trente-cinq ouvrages de formats variés, le parcours de l’exposition montre à quel point la collaboration a joué un rôle fondamental dans la production d’oeuvres artistiques et du savoir scientifique au 18e, au 19e et au début du 20e siècle.

    Événements

    Pratiques d’écriture et trajectoires sociales

    Le 29 janvier 2014

    Conférence de Nicolas Schapira

    Les débats récurrents et constamment renouvelés sur l’écriture de l’histoire ont finalement imposé, chez les historiens, la conscience de la nécessaire réflexivité de leur pratique. L’historien doit désormais rendre compte de ses choix littéraires et rhétoriques, comme il le faisait de ses choix documentaires et historiographiques.

    Événements

  • Discussions autour des sociabilités de Maurice Agulhon

    Discussions autour des sociabilités de Maurice Agulhon

    21 février 2014, 14h00-16h00

    « Discussions autour des sociabilités de Maurice Agulhon ». Atelier autour des textes suivants :
    Maurice Agulhon, « La sociabilité est-elle objet d’histoire? », in Étienne FRANÇOIS, éd., Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse (1750-1850), Paris, Éd. Recherche sur les Civilisations, 1986, pp. 13-22.
    Antoine Gailliot et al., (Re)Faire l’histoire de la sociabilité urbaine. Pratiques, espaces et discours, Publications de la Sorbonne, Hypothèses, 2008/1, p. 239-250 et 295-303.
    Jean-Louis Guerena, « ‘Un essai empirique qui devient un projet raisonné’. Maurice Agulhon et l’histoire de la sociabilité », Studia Historica. Historia contemporanea, 26, 2008, p. 157-175.

    Ateliers

    Lieux et sociabilités

    28 mars 2014, 14h30-16h30

    « Lieux et sociabilités » Atelier autour de la place de Grève au 18e siècle, en présence de Julie Allard.

    Ateliers

    The French Revolution. A Redistributive Crisis

    Le 23 avril 2014, 16 à 18h.

    Conférences de Charles Walton (Warwick) et Hervé Drévillon (Paris-I).

    Événements

  • Cercles, salons et autres sociabilités mondaines

    Cercles, salons et autres sociabilités mondaines

    24 avril 2014, 14h00-16h00

    Cercles, salons et autres sociabilités mondaines. Débat autour du Monde des salons d’Antoine Lilti, en présence de l’auteur.

    Ateliers

  • Eighteenth-century Hospitalities

    Eighteenth-century Hospitalities

    May 14th to 16th, 2014

    The Center for Eighteenth-Century Studies at Indiana University announces the thirteenth annual Bloomington Eighteenth-Century Workshop.

    An enduring controversy in eighteenth-century studies—how to interpret the death of Captain Cook—turns on questions of stranger and self, hostility and hospitality. Canonical eighteenth-century European texts defined hospitality as something individuals, states, and institutions extended to strangers. (“Hospitality,” wrote Kant, “means the right of a stranger not to be treated as an enemy when he arrives in the land of another.”) Other cultures understood the workings of hospitality, hostility, and the stranger in different fashions, however. Natives of North America, for instance, organized their worlds in terms of kinship, fictive and otherwise, which structured lines of peace and conflict. If for Kant, hospitality was a technique for managing hostility (for preventing strangers from becoming enemies), this was not always the case. When incommensurable hospitalities clashed, hostility could easily arise.

    Call for Papers

  • Le concept de sociabilité : définitions, plasticité et limites

    Le concept de sociabilité : définitions, plasticité et limites

    Le 10 janvier 2014, 14h00-16h00

    « Le concept de sociabilité : définitions, plasticité et limites ». Atelier autour des textes suivants, tirés de la revue Hypothèses 1997 :
    Stéphane Van Damme, « La sociabilité intellectuelle. Les usages historiographiques d’une notion ».
    Nicolas Schapira, « Sociabilité, amitié et espace littéraire »
    Jean-Luc Chappey, « Les sciences de l’homme du Consulat à l’épreuve de la sociabilité » et « Conclusion ».

    Ateliers

    Congrès de la société canadienne d’études du XVIIIe siècle (SCEDHS)

    Du 15 au 18 octobre 2014, Montréal, Canada

    Sociabilités en révolutions au XVIIIe siècle

    Le congrès se propose d’examiner l’évolution de la notion de sociabilité dans un long dix-huitième siècle et à travers le prisme des nombreuses révolutions – politiques, commerciale, industrielle, scientifique, littéraire et artistique – qui contribuent à en redéfinir les formes et en réorienter les pratiques.

    Événements

    French connections: British expatriates in late eighteenth-century France

    Le jeudi 23 octobre

    Franco–British relations during the eighteenth century are often reductively characterised as a simple matter of antagonism: but this paper argues that Paris, in particular, as a nexus for European elites, sociability, and commerce, constituted a key sorting-house for the maintenance and enactment of varied British links with the wider Continent, and expatriates formed essential intermediaries in these processes.

    Événements

  • Un héritage intellectuel. Journée d’études autour de la collection des livres rares à l’Université McGill

    Un héritage intellectuel. Journée d’études autour de la collection des livres rares à l’Université McGill

    Le 12 décembre 2013

    Chercheur : Frédéric Charbonneau
    CHAIRE DE RECHERCHE WILLIAM DAWSON EN LITTÉRATURE DU XVIIIe SIÈCLE
    AUTOMNE 2013 – HIVER 2014

    Événements

  • Atelier autour du livre de David Garrioch, La Fabrique du Paris révolutionnaire, 2013 (1ère édition américaine, 2002)

    Atelier autour du livre de David Garrioch, La Fabrique du Paris révolutionnaire, 2013 (1ère édition américaine, 2002)

    Le vendredi 29 novembre 2013

    Ateliers / Histoires des Sociabilités Modernes (17e-19e siècles).

    Identifier les conditions de possibilité de la Révolution parisienne, voilà ce que David Garrioch se propose de réaliser dans La Fabrique du Paris révolutionnaire. Il s’agit là d’une transformation, du passage d’un ordre vers un autre au terme duquel la société parisienne perd ses repères coutumiers. Le quartier cède la place à la ville, l’autorégulation d’Ancien Régime s’étiole pour être remplacée par une intrusion policière mal reçue et d’anciennes solidarités se dégradent faisant place à de nouvelles fragmentations sociales. Dans cette fabrique du Paris révolutionnaire, différentes formes de sociabilités s’éteignent, se développent et se créent, non sans heurt. À travers elles, l’Ancien Régime et la Révolution s’éclairent l’un l’autre et donnent sens à un Paris qui a encore beaucoup à nous dire.

    Ateliers

  • Ateliers sur les sociabilités modernes

    Ateliers sur les sociabilités modernes

    Le 25 octobre 2013

    Ateliers / Histoires des Sociabilités Modernes (17e-19e siècles).

    Les étudiants affiliés au Groupe de Recherche en Histoire des Sociabilités (GRHS) organisent présentement une série d’ateliers au cours desquels nous pourrons échanger autour d’ouvrages, de débats historiographiques et littéraires et, qui sait, d’un de vos articles ou chapitres de thèse.

    Ateliers

    Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire :
    séminaire autour du dernier livre de Dominique Kalifa

    Enregistré le lundi 21 octobre 2013 à l’UQAM

    Séminaire autour du dernier livre de Dominique Kalifa, en présence de l’auteur.

    « Pour l’essentiel, les bas-fonds relèvent d’une « représentation », d’une construction culturelle, née à la croisée de la littérature, de la philanthropie, du désir de réforme et de moralisation porté par les élites, mais aussi d’une soif d’évasion et d’exotisme social, avide d’exploiter le potentiel d’émotions « sensationnelles » dont, aujourd’hui comme hier, ces milieux sont porteurs ». Les bas-fonds, Seuil, 2013, p. 17.

    Enregistrements

  • Sociabilité, sociability, Geselligkeit. Réflexions sur une notion plurielle : séminaire autour de la contribution de Brian Cowan

    Sociabilité, sociability, Geselligkeit. Réflexions sur une notion plurielle : séminaire autour de la contribution de Brian Cowan

    Le jeudi 21 novembre, 18h00-20h00

    Séminaire autour des travaux de Brian Cowan, en présence de l’auteur. Deux articles seront au fondement des débats : Brian Cowan, « Public Spaces, Knowledge, and Sociability », in The Oxford Handbook of the History of Consumption, Oxford University Press, 2012 ; et Brian Cowan, « English Coffeehouses and French Salons. Rethinking Habermas, Gender and Sociability in Early Modern French and British Historiography », in Making Space Public in Early Modern Europe. Performance, Geography, Privacy, sous la dir. d’Angela Vanhaelen et Joseph P. Ward, Routledge, 2013.

    Événements

  • Quatorzième Congrès International d’Études du Dix-huitième Siècle

    Quatorzième Congrès International d’Études du Dix-huitième Siècle

    Du 26 au 31 Juillet 2015, Rotterdam, Pays-Bas

    Quatorzième Congrès International d’Études du Dix-huitième Siècle
    Société Internationale d’Études du Dix-huitième Siècle (SIEDS)

    Le Congrès traite le développement de la pensée économique et pratique dans le sens le plus large du terme au cours du XVIIIe siècle. Les itinéraires d’affaires commerciales, la variété croissante des biens échangés, les transactions spéculatives sur les actions, sont des aspects du thème, qui couvrira également des sujets tels que le travail et la consommation, le luxe et la richesse, l’économie du savoir, des métaphores économiques et la montée de l’économie politique.

    Appel à contribution

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013