Histoire de l’édition. Problématiques et enjeux des partages disciplinaires (XVIe-XVIIIe siècles)

Histoire de l’édition. Problématiques et enjeux des partages disciplinaires (XVIe-XVIIIe siècles)

Charles-Nicolas Cochin, Une imprimerie, 1749, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Du 20 au 22 octobre 2021

3e colloque interdisciplinaire du CIREM 16-18

Dans un article de 1996, Jean-Yves Mollier définissait l’histoire de l’édition comme un « carrefour de disciplines » et l’envisageait plus particulièrement sous l’angle de l’histoire économique, de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, tout en refusant de l’y réduire, en raison de sa « vocation globalisante ». De ce point de vue, il est légitime de l’utiliser à la fois comme champ d’investigation et comme observatoire, afin notamment d’explorer d’autres méthodologies et d’autres manières d’écrire l’histoire des disciplines intellectuelles. Ainsi en va-t-il de l’étude des rapports de l’histoire de l’édition et de l’histoire littéraire, surtout si l’on considère avec Alain Viala que « faire l’histoire de la littérature, c’est faire l’histoire d’un objet variable et contingent. Ce ne peut donc être que faire l’histoire de ces variations, de leurs modalités, de leurs implications ». La remarque, du reste, vaut également pour l’histoire des concepts, l’histoire des idées ou encore l’histoire de l’art et l’histoire culturelle : en suivant cette perspective, on constate que le recours à l’histoire de l’édition s’impose de lui-même, puisque pendant la première modernité, les textes et les œuvres sont très souvent instables. Il importe dès lors de les appréhender dans leur matérialité. Cependant, des résistances rendent compte d’une disjonction entre les méthodes et les objectifs de ces deux moyens de concevoir des objets de recherche qui, par là, sont jugés immiscibles.

Le présent colloque revient sur les raisons et les implications, principalement historiques et idéologiques, de tels partages disciplinaires, en approfondissant la question suivante : qu’avons-nous à gagner en pensant conjointement, et dans le cadre intellectuel spécifique des XVI-XVIII siècles, histoire de l’édition et histoire des disciplines intellectuelles ?


Organisateurs : Sophie Abdela (U. Sherbrooke), Nicholas Dion (U. Sherbrooke) et Maxime Cartron (Lyon-3)

Programme préliminaire ___

Mercredi 20 octobre

9h : Accueil

9h30-10h30 :

  • Conférence d’ouverture d’Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke), « Figurations et discours de l’éditeur en France (XIXe-XXIe siècles) ».

10h45-12h30 :

  • Peggy Davis (UQAM) et Andrée-Anne Venne (UQAM), « La mobilité des images : la trajectoire éditoriale de l’Histoire des Yncas »
  • Lyse Roy (UQAM) et Antoine Champigny (UQAM/Lyon 2), « L’édition des récits de voyage au XVIIe siècle chez Louis Billaine »
  • Marjorie Charbonneau (UQAM), Camille Payeur (UQAM) et Marie-Lise Poirier (UQAM), « La visée scientifique du récit de voyage évaluée à l’aune de ses gravures : une analyse comparée »

Déjeuner

14h30-16h15 :

  • Benjamin Deruelle (UQAM) et Laurent Vissière (Sorbonne), « Robert de Balsac et Berault Stuart : destin de deux traités militaires entre les XVe et XVIe siècles »
  • Giovanni Ricci (Ferrare), « Une province à la guerre des mondes : à l’origine de la turcologie éditoriale (Ferrare, 1583-1607) »
  • Émilie Dosquet (Cergy) et Paul Vo-Ha (Panthéon-Sorbonne), « Le mot et l’image. Raconter et montrer la guerre de siège dans les récits imprimés à l’époque moderne »

Pause

16h30-17h45 :

  • Hervé Drévillon (Paris 1), « Le rôle de l’imprimé dans la théorie militaire de 1763 à 1789 »
  • Bernard Gainot (Paris 1), « Aux racines du populisme cocardier : l’Ami du Peuple de René Lebois en 1799 »

_

Jeudi 21 octobre

9h30-10h45 :

  • Antoine Champigny (UQAM/Lyon 2), « Des “hanteurs d’imprimerie” aux “faiseurs de préfaces” : figures d’éditeurs savants à Lyon au XVIe siècle »
  • Hélène Cazes (Victoria), « Monuments à Mnémosyne : les placards des fils Estienne, miroirs de l’épopée éditoriale et bibliographique »
  • Christophe Schuwey (Yale), « “Comme ils n’ont point d’autre motif en imprimant les livres que de les faire vendre…. ” : penser la marchandisation du livre »

Pause

11h-12h15 :

  • Yohann Deguin (Rouen), « L’édition des Mémoires et le principe d’authenticité du texte : enjeux et méthodes »
  • Angela Ferraro (Laval) et Christian Leduc (UDM), « L’édition des mémoires de philosophie à l’Académie de Berlin »

Déjeuner

14h30-16h15 :

  • Marie-France Guénette (Laval), « La traduction comme processus d’interférence éditoriale »
  • Tiffany Premand (Yale), « La traduction comme symptôme : le cas de Gamaches »

Pause

16h30-17h45 :

  • Hans-Jürgen Lüsebrink (Saarbrücken), « L’édition des encyclopédies et de leurs traductions (XVIIe-XVIIIe siècles). Spécificités historiques et enjeux (inter)disciplinaires »
  • Maxime Cartron (Fribourg et GEMCA, Louvain), « “L’étincelle émerveille l’œil / Et tombe dans sa nuit”. Jean Rousset traducteur : défendre et illustrer le baroque (1945-1968) »

_

Vendredi 22 octobre

9h30-10h45 :

  • Kim Gladu (UQAR), « Écrire et décrire l’Amérique dans les Relations de Canada (1705-1713) : la politique éditoriale du Mercure galant ».
  • Marie-Ange Croft (UQAR) et Marie-Eve Lajeunesse-Mousseau (UQAR), « Bacqueville de La Potherie, du Mercure galant à l’Histoire de l’Amérique septentrionale »

Pause

11h-12h15 :

  • Michèle Rosellini (ENS Lyon), « Madame Ulrich, une éditrice de La Fontaine invisibilisée par l’histoire littéraire »
  • Christina Contandriopoulos (UQAM), « Madame de Maisonneuve, le Journal des dames et le discours architectural »

Déjeuner

14h30-16h15 :

  • Jean-François Vallée (Maisonneuve), « Métamorphoses d’un livre. Un demi-millénaire de transformations dans la République des lettres »
  • Hubert Aupetit (Louis-le-Grand), « Havet, éditeur par l’absurde des Pensées de Pascal »
  • Kylian Bonnetti (UQTR), « L’Epître à Uranie de Voltaire, ou le problème de la copie »

Pause

16h30-17h45 :

  • Stéphanie Favreau (UQAM) et Dario Brancato (Concordia), « Discipliner la circulation du livre : entre histoire de l’Inquisition et histoire du livre »
  • Linda Gil (Montpellier), « Voltaire, “Politique et Législation” : le geste éditorial de Condorcet »

Conclusions

Musée de la Civilisation,
85 Rue Dalhousie, Québec,
QC G1K 8R2

Pour plus d’informations, contactez-nous

    X