Histoire des dictionnaires historiques à la période moderne, 1550-1650.
Adaptations, traductions et translations

[vc_single_image image= »2562″ image_size= »full » frame= »noframe » full_width= »no » lightbox= »yes » link_target= »_self » width= »1/4″ el_position= »first »] [vc_column_text pb_margin_bottom= »no » pb_border_bottom= »no » width= »2/3″ el_position= »last »]

 

Chercheure : Lyse Roy
(Financement CRSH 2016-2018)


Ce projet de recherche constitue le début d’une vaste étude sur les dictionnaires historiques en Europe à la période moderne. Les dictionnaires historiques ont fait l’objet de très peu de travaux, contrairement aux dictionnaires de langue, unilingues ou multilingues et aux encyclopédies, dont la fameuse Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751), qui eux connaissent la faveur des lexicographes et des historiens des idées. Pourtant ces ouvrages de référence connaissent un essor remarquable à partir du XVIe siècle, fulgurant après 1740.  Ces ouvrages organisent, collectionnent et répertorient l’abondance des savoirs suscitée par la redécouverte des textes des Anciens, les progrès des découvertes géographiques et les avancées scientifiques.

Pour cette subvention CRSH (2016-18), le programme de recherche cible un ensemble précis de dictionnaires d’histoire universelle, publiés entre 1550 et 1750 et qui se sont imposés sur le marché européen. Il s’agit du Dictionarium historicum, geographicum ac poeticum de Charles Estienne (1504 ?-1564) et de ses adaptations par Daniel Juigné de la Broissinière en France et par Nicolas Lloyd en Angleterre ; le Grand dictionnaire historique de Louis Moréri (1643-1680) et le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle (1647-1706), ainsi que leurs traductions en anglais. Ces ouvrages ont connu de nombreuses éditions ou suppléments jusqu’en 1750, imprimés dans plusieurs villes européennes, et ils ont été abondamment critiqués par leurs contemporains. Cet ensemble forme un tout cohérent, les dictionnaires étant liés entre eux dans des rapports de filiation, d’émulation et même antagonistes. En outre, ils ont su percer notamment le marché anglais par des adaptations ou des traductions. Ce corpus nous permettra d’aborder des questions soulevées par l’historiographie récente en histoire culturelle notamment sur la problématique de la diffusion de la connaissance. En outre, il nous permettra d’adopter l’approche de la bibliographie matérielle et de la sociologie des textes en abordant les dictionnaires dans leur matérialité et en analysant leur réception tant sur le continent qu’en Angleterre. Cette étude a pour objectif de montrer que les adaptations, translations, traductions des dictionnaires n’affectent pas que le contenu des dictionnaires mais également leur forme, laquelle est déterminante dans leur réception, compréhension et interprétation.

 

[/vc_column_text]

X