COMPTES RENDUS

  • Michel Biard et Jean-Numa Ducange (dir.), <br/>L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques, 1789-1917, <br/>Paris, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019.

    Michel Biard et Jean-Numa Ducange (dir.),
    L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques, 1789-1917,
    Paris, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019.

    Compte rendu par Étienne Hudon (Université du Québec à Montréal)

    En opérant une brèche dans l’épais magma de la continuité historique, à travers laquelle peuvent être appréciés les clivages idéologiques, les tensions sociales, les contradictions matérielles qui, tout en annonçant la fin d’une période, en préparent une autre, la révolution demeure un concept et un moment historique privilégiés par de nombreux.ses chercheurs.ses s’intéressant au mouvement humain. Période de luttes, de compromis, mais aussi d’adaptation et de tâtonnement, le moment révolutionnaire se veut une période de transition, laissant derrière elle, telle la dialectique hégélienne, le périmé pour ne conserver que ce…

  • Christina Contandriopoulos, L’incendie des barrières : <br>le rôle mobilisateur de la critique architecturale <br>durant la Révolution française

    Christina Contandriopoulos, L’incendie des barrières :
    le rôle mobilisateur de la critique architecturale
    durant la Révolution française

    Compte rendu par Marian Gates (Histoire de l’art, UQAM)

    La conférence L’incendie des barrières: le rôle mobilisateur de la critique architecturale durant la Révolution française présentée par Christina Contandriopoulos le vendredi 18 janvier 2019 mettait de l’avant la manière dont le mur d’enceinte de Paris pensé par la Ferme Générale et ses cinquante-cinq barrières conçues par Claude-Nicolas Ledoux en 1784 ont une double fonction symbolique et utilitaire et permettent l’émergence d’une réception critique qui légitime le discours sur l’architecture publique.

  • Christina Contandriopoulos, L’incendie des barrières : <br>le rôle mobilisateur de la critique architecturale <br>durant la Révolution française

    Christina Contandriopoulos, L’incendie des barrières :
    le rôle mobilisateur de la critique architecturale
    durant la Révolution française

    Compte rendu par Marjorie Charbonneau (Histoire de l’art, UQAM)

    Dans cette conférence, Christina Contandriopoulos, professeure au Départements d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal, détentrice d’un doctorat en histoire de l’architecture et membre régulière du GRHS, s’est intéressée à la naissance de la critique architecturale durant la période révolutionnaire française. Plus particulièrement, elle s’est intéressée au dialogue qui s’amorça au début du XIXᵉ siècle entre les architectes, les critiques et le grand public. Afin d’approfondir cette question, elle s’est penchée sur une étude de cas symptomatique, le mur des Fermiers Généraux comme une enceinte moderne et utilitaire construite…

  • Ersy Contogouris, Les caricatures de vitrines de marchands d’estampes autour de 1800.

    Ersy Contogouris, Les caricatures de vitrines de marchands d’estampes autour de 1800.

    Compte rendu par Julie Lachance (Histoire de l’art, UQAM)

    Ersy Contogouris est professeure adjointe au département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux théories féministes, queer et postcoloniales dans l’art des XVIIIe et XIXe siècle. C’est son intérêt pour l’histoire de la caricature et de la satire visuelle qui nous amène à la conférence qu’elle a donnée à l’Université du Québec à Montréal sur les caricatures des vitrines de marchands d’estampes autour de 1800.
    Dans une rencontre qui s’est déroulée sous le mode d’une discussion informelle, Contogouris a saisi l’occasion de présenter un projet qui…

  • Olivier Grenouilleau, La Révolution abolitionniste, Paris, Gallimard, 2017

    Olivier Grenouilleau, La Révolution abolitionniste, Paris, Gallimard, 2017

    Compte rendu par Julien Duval-Pélissier (Université du Québec à Montréal)

    Par la violence intrinsèque qu’il déploie et les échos qu’il suscite dans nos sociétés contemporaines, l’esclavagisme constitue nécessairement un objet d’étude délicat pour tout historien qui s’y attache. Face à un système d’exploitation aussi mortifère et à des individus dont la voix demeure difficile à saisir, le chemin de la recherche est à l’évidence parsemé d’embuches méthodologiques et d’enjeux éthiques. En ce sens, dans le sillage des études postcoloniales, une importante historiographie a travaillé à révéler les modes de résistances des esclaves et leurs rôles dans le processus d’émancipation, restituant…

  • Thierry Belleguic et Kathryn Ready (dir.), <br>L’art de l’échange : Modèles, formes et pratiques de la sociabilité <br>entre la France et la Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, <br>Paris, Editions Hermann, 2015.

    Thierry Belleguic et Kathryn Ready (dir.),
    L’art de l’échange : Modèles, formes et pratiques de la sociabilité
    entre la France et la Grande-Bretagne au XVIIIe siècle,
    Paris, Editions Hermann, 2015.

    Compte rendu par Valérie Capdeville (Université de Paris 13)

    Faisant suite à un colloque intitulé « L’Art de l’échange : modèles, formes et pratiques de la sociabilité entre la France et la Grande-Bretagne au XVIIIe siècle », qui s’est tenu à Québec en septembre 2006, cet ouvrage se compose de onze études rassemblées et éditées par Kathryn Ready et Thierry Belleguic. Il éclaire un aspect désormais reconnu comme central dans la recherche dix-huitièmiste, la sociabilité comme ‘art de l’échange’ au siècle des Lumières. Il s’agissait principalement de mettre en regard les formes et pratiques de sociabilité de part et d’autre de la…

  • Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Aux origines des cimetières contemporains. <br>Les réformes funéraires de l’Europe occidentale XVIIIe-XIXe siècle, <br>Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016.

    Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Aux origines des cimetières contemporains.
    Les réformes funéraires de l’Europe occidentale XVIIIe-XIXe siècle,
    Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016.

    Compte rendu par Martin Robert (Université du Québec à Montréal)

    Cet ouvrage collectif rend un grand service aux historiens de la mort. Les juristes, les praticiens de l’univers funéraire, les architectes, les urbanistes, les sociologues et, pourquoi pas, les politiciens aussi, y trouveront aussi de quoi mieux comprendre les conditions dans lesquelles s’est élaboré le dispositif bien particulier de disposition des cadavres que nous appelons le cimetière. L’image d’archéologues dépoussiérant au pinceau les squelettes enfouis donnerait à penser que ce dispositif traverse l’expérience humaine, voire qu’il caractérise en propre le processus d’hominisation. Le propos de cet ouvrage consiste à montrer…

  • Claire Gantet et Flemming Schock (dir.), <br>Zeitschriften, Journalismus und gelehrte Kommunikation im 18. <br>Jahrhundert. Festschrift für Thomas Habel, Brêmes, Edition Lumière, 2014.

    Claire Gantet et Flemming Schock (dir.),
    Zeitschriften, Journalismus und gelehrte Kommunikation im 18.
    Jahrhundert. Festschrift für Thomas Habel, Brêmes, Edition Lumière, 2014.

    Cet ouvrage collectif s’inscrit dans le projet « Les périodiques savants de l’époque de l’Aufklärung, réseaux du savoir » (http://www.gelehrte-journale.de) initié par l’Académie des sciences et lettres de Göttingen, et dont Claire Gantet a présenté les principaux enjeux dans deux articles récents dans Dix-huitième siècle et la Revue d’anthropologie des connaissances. Engagé en 2011 et prévu aboutir en 2025, ce grand chantier de numérisation, réalisé en collaboration avec la Bibliothèque d’État et universitaire de Basse-Saxe à Göttingen, la Bibliothèque universitaire de Leipzig et la Bibliothèque d’État de Bavière, entend poursuivre le travail amorcé par Thomas Habel, qui a dirigé l’équipe ayant recensé…

  • Antoine Follain (dir.), Brutes ou braves gens ? <br>La violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle), <br>Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2015.

    Antoine Follain (dir.), Brutes ou braves gens ?
    La violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle),
    Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2015.

    La violence magnétise les regards et s’inscrit durablement dans le champ de l’imaginaire social. L’historien a depuis longtemps tenté d’y déceler l’indice d’un bouleversement des comportements qui nous séparerait de la barbarie des siècles passés.  Sommes-nous véritablement d’une autre nature que nos cousins de l’Ancien Régime, ces êtres réputés impulsifs, belliqueux et bourrus ? La violence est une notion souple et polysémique qui change de nature, dans ses usages et dans ses significations, selon le temps, le lieu, et les diverses formes de régulation sociale et de répression judiciaire qui cherchent à l’encadrer. Comment alors la comprendre – et,…

  • Claire Judde de Larivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, Fayard, 2014.

    Claire Judde de Larivière, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, Fayard, 2014.

    Le 27 janvier 1511, les habitants de l’île de Murano réunis sur le Campo Santi Maria e Donato assistent au rituel de l’intrar. Maintes fois répétée, cette cérémonie du pouvoir souligne l’arrivée du nouveau représentant de l’autorité vénitienne et marque le départ de l’ancien podestat. Cette fois le rituel est interrompu par des rires, un chant moqueur et une avalanche de boules de neige dédiée au podestat sortant, Vitale Vitturi. Que s’est-il passé précisément? Boutade carnavalesque, charivari ou révolte à caractère politique contre l’autorité vénitienne?

  • Stéphane Van Damme, À toutes voiles vers la vérité. <br>Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières, Paris, Seuil, 2014.

    Stéphane Van Damme, À toutes voiles vers la vérité.
    Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières, Paris, Seuil, 2014.

    L’étude de Stéphane Van Damme s’attache à esquisser les voies d’une autre histoire de la philosophie des XVIIe et XVIIIe siècles. Moins liée aux discours produits par les grands philosophes, cet ouvrage veut combler les lacunes concernant l’historicisation des pratiques et des objets de la philosophie. Reprenant la réflexion de Jacques Schlanger qui invite à poursuivre l’examen «des philosophes dans ce qu’ils font autant que dans ce qu’ils disent», Van Damme pense qu’il ne faut pas limiter la pensée philosophique aux seuls contenus intellectuels, mais qu’il faut considérer les gestes, les pratiques, les objets (manuscrit, instrument) en insistant sur…

  • Colin Jones, The Smile Revolution in Eighteenth Century Paris, Oxford University Press, 2014.

    Colin Jones, The Smile Revolution in Eighteenth Century Paris, Oxford University Press, 2014.

    Comment faire l’histoire d’un phénomène aussi évanescent, éphémère et fugitif qu’un sourire? Si les paroles s’envolent, du moins peuvent-elle être écrites ou transmises. Mais le sourire? A-t-il même une histoire à raconter? N’est-il pas, justement, intemporel, naissant et s’évanouissant sur le visage des hommes et des femmes de notre époque comme de celles qui nous ont précédés? Précisément non, nous dit Colin Jones. Bien au contraire le sourire est un objet d’histoire, à la fois social, culturel et même, selon certaines conjonctures, économique et politique. En ce sens, ses apparitions et disparitions de la sphère publique nous éclairent sur…

X