PARTENAIRES

Le CIREM 16-18 est un regroupement formé de chercheur.e.s qui prennent tous pour objet la période qui va de la Renaissance (XVIe siècle) jusqu’aux Révolutions de l’Atlantique (fin du XVIIIe). À cet objet commun doit répondre la multiplicité des approches, seule capable de rendre compte de la complexité d’une période au cours de laquelle notre monde fait l’expérience de ce que les historiens appellent la « première modernité », et que signalent aussi bien la découverte des Amériques que la création de républiques démocratiques et l’avènement de la science expérimentale. C’est pourquoi les littéraires, philosophes, historiens et historiens de l’art que regroupe le CIREM 16-18 souhaitent s’engager dans une démarche interdisciplinaire fortement intégrée, ce dont témoigne la programmation et les activités scientifiques du Centre.

Afin de faire connaître à tous ses publics l’histoire de la présence européenne en Amérique depuis le début de la colonisation jusqu’à la naissance de la Confédération canadienne, le Musée Stewart développe dans sa programmation une approche globale de l’histoire où les thèmes sociaux, politiques, militaires, scientifiques et technologiques sont en relation les uns par rapport aux autres. Le GRHS participe tous les ans à la programmation culturelle du Musée et organise ponctuellement des activités scientifiques au cœur des magnifiques espaces du site patrimonial de l’Île Sainte-Hélène.

La plateforme Criminocorpus propose à la fois un musée virtuel, une bibliothèque numérique et une revue scientifique en ligne consacrés à l’histoire du crime et de la justice, tout espace et période confondus. Le GRHS contribue à ce projet de différentes façons : Sophie Abdela est responsable de la collection « La prison dans tous ses éclats », alors que Benjamin Deruelle et Pascal Bastien ont commencé à mettre en place un dossier d’archives relatives à la connaissance de la justice et de la police sous l’Ancien Régime. Les premiers lots disponibles portent sur la police et la justice parisienne au XVIIIe siècle.

Le GIS Sociabilités/Sociability du long dix-huitième siècle (1650-1850) est destiné à fédérer des compétences et des moyens pour réaliser un programme de recherche dédié aux sociabilités du long dix-huitième siècle en Europe et dans le monde colonial. Ce programme qui a pour thématique principale, « Histoire, modèles et transferts dans les sociétés européennes et coloniales de 1650 à 1850 », se décline sur trois axes principaux : histoire et théories de la sociabilité ; modèles, interactions et réseaux ; transferts culturels dans les sociétés européennes et coloniales.

Le réseau RAA19 rassemble des professeur.e.s, chercheur.e.s et étudiant.e.s des universités de Montréal, Québec et Ottawa qui travaillent sur le 19e siècle afin de faire ressortir des problématiques nouvelles et des points de convergences dans l’enseignement et la recherche de l’histoire de l’art et de l’architecture.

X