Au-delà de la régulation directe par les autorités, qu’il est toujours possible de retracer à travers les textes de lois, les règlements et les différents traités statuant sur les normes d’une société ordonnée, on peut aussi chercher comment se construisent les comportements attendus et les références intériorisées d’une communauté précise.  Cet axe s’intéresse autant à l’imaginaire de la norme et de la déviance, qu’aux pratiques sociales liées à certains espaces, au genre ou à certaines pratiques d’écriture.

D’autre part, sans aller jusqu’à parler de normes, le goût, qui fait l’objet d’une singulière attention par les hommes de lettres au dix-huitième siècle, pèse également sur les pratiques et guide les consommations. Si les textes normatifs permettent de cerner certaines pratiques de sociabilité, il est possible de mesurer l’écart à la norme à partir d’autres corpus, et de reconstituer les différents échanges et passages entre la normalité, la marginalité et la criminalité.

Projets de recherche en cours

    Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013