La sociabilité politique d’une République urbaine au temps des Lumières : Genève au XVIIIe siècle

Le mercredi 2 décembre 2015

Une conférence de Marco Cicchini

Il s’agira de réfléchir aux formes et aux conditions pratiques de la participation à la vie politique à Genève, lesquelles sont très réglementées et en principe limitées. Hors des institutions gouvernementales, l’homo politicus n’est censé émerger que deux jours par an, au moment des élections. Pas de brigues, pas de partis, pas d’espaces de débat politique institutionnalisés. Ce cadre rigide ne tient pas. Cercles et sociabilités militaires sont des lieux de débats publics sur les affaires de l’Etat. Chansons, écrits manuscrits, puis (dès 1750) libelles et pamphlets imprimés inondent l’espace public républicain. Il s’agit en somme ici de réfléchir à la perméabilité et à la singularité des formes de sociabilité en fonction de leur rapport au politique.

Marco Cicchini est maître-assistant d’histoire moderne et membre de l’équipe Damoclès à l’Université de Genève.  Auteur de nombreux travaux sur le lien social et les sociabilités urbaines à l’époque moderne, il a notamment fait paraître La police de la République. L’ordre public à Genève au XVIIIe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Le mercredi 2 décembre 2015, 14h00-16h00

Salle A-6280

Pavillon Hubert-Aquin, UQAM

1255 rue Saint-Denis,

Montréal (Québec)

Pour plus d’informations, contactez-nous

Votre nom (requis)

Votre courriel (requis)

Sujet

Votre message

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013