Pour une histoire à temps pleins

 

Le mercredi 1er mai 2019, 14h00-16h00

Une conférence de Guillaume Mazeau

« Toute histoire digne de ce nom est contemporaine »: cette formule de Benedetto Croce fait généralement l’unanimité parmi la communauté historienne. Faire de l’histoire consiste, inévitablement, à poser des questions depuis le présent, avec les cadres de pensée du présent. Pourtant, en tire-t-on toujours complètement les conséquences? Rien n’est moins sûr. Posée comme un préalable à l’écriture de l’histoire, cette formule n’a pas véritablement transformé les méthodes de la discipline historique, qui n’ont que très peu changé depuis la fin du XIXe siècle. Or le doute qui traverse actuellement la place et la fonction de l’histoire au sein des sociétés contemporaines est une situation propice pour tenter une histoire « à temps pleins », consistant à interroger le passé non seulement depuis le présent, mais par et pour le présent, sans pour autant céder aux pièges du « présentisme », ni de l’analogie ou de l’actualisation. A travers l’exemple de l’histoire de la Révolution française, il s’agit ici de réfléchir à la manière dont les historiennes et historiens pourraient rendre l’histoire plus forte en faisant davantage acte de présence au monde.


Guillaume Mazeau est maître de conférences en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et chercheur au Centre d’histoire du XIXe siècle. Il travaille sur l’histoire de la Révolution française, mais aussi sur la conscience historique et sur les liens entre sciences sociales, art et politique. Auteur du Bain de l’histoire (Champ Vallon, 2009), il fera paraître en septembre 2019, chez Fayard, une nouvelle histoire de la Révolution française.

Le mercredi 1er mai 2019, 14h00-16h00

Salle A-6290
Pavillon Hubert-Aquin, UQAM
1255 rue Saint-Denis,
Montréal (Québec)

Pour plus d’informations, contactez-nous

Votre nom (requis)

Votre courriel (requis)

Sujet

Votre message

Tous droits réservés - Université du Québec à Montréal - 2013